Retour à En manchette

En manchette

Les produits à base d’herbes doivent être mieux réglementés

Apr 4, 2012
0 commentaires Imprimer
« Des chercheurs déclarent que les produits à base d’herbes doivent être mieux réglementés afin de surmonter les difficultés du contrôle de la qualité. » Voilà ce qu’annonçait le titre d’un article de NutraIngredients.com, une revue électronique bien connue sur le commerce de la nutrition et des suppléments diététiques.

Chez Jamieson, nous approuvons et appuyons cet énoncé, parce qu’il est on ne peut plus vrai.

La revue électronique continue en expliquant que, d’après un article paru dans Complementary Therapies in Medicine, des chercheurs exposent que malgré la popularité grandissante des plantes médicinales à l’échelle mondiale, de nombreux incidents indésirables continuent de survenir en rapport aux suppléments, attribuables à la mauvaise qualité des matériaux bruts et des produits finis. Des avertissements de contamination avec des métaux toxiques, des résidus de pesticides et des microbes, en plus de l'augmentation de cas d'identification erronée et de frelatage, signifient que des contrôles de qualité plus rigoureux s'imposent. Ce qui nous amène au cœur du problème : le frelatage.

Les contrôles sont absents pour les raisons suivantes : la plupart des entreprises ne fabriquent pas leurs propres produits; la plupart des entreprises ne possèdent ni l’infrastructure, ni la sophistication pour savoir comment, ni sur quoi, exercer un contrôle de la qualité ou effectuer des essais; et, pour couronner le tout, bon nombre d’entre elles cherchent à brûler les étapes pour faire des économies. Ces entreprises dupent consciemment les consommateurs en frelatant le matériau brut original. C’est ce qu’on appelle « couper » le matériau. Il est bien connu dans notre industrie que certaines marques populaires se cachent derrière d’ingénieuses techniques de communications commerciales, ainsi que derrière des apparences de société fictive pour « couper » leurs produits.

Jamieson rejette depuis longtemps la pratique, utilisée à des degrés variables par certains dans l’industrie, d'accepter l'approvisionnement d'agents, de représentants ou de distributeurs suspects, étant donné que la traçabilité est difficile, sinon impossible. Pourtant, chaque chose a son prix. Vu la détérioration des conditions économiques mondiales et la priorisation des profits, le risque que les pressions financières corrompent les décisions relatives à la qualité est encore plus grand aujourd’hui.

La seule solution véritable à ce problème appartient au consommateur. Il incombe aux consommateurs de remettre en question ce qu’ils entendent ou voient, surtout dans le cas des produits bon marché. Le dicton « Ne croyez rien de ce que vous entendez et seulement la moitié de ce que vous voyez » est encore approprié.

Vous êtes consommateur, qu’en pensez-vous? Faites-nous-le savoir.

 

PUBLIER VOS COMMENTAIRES

Post new comment

Veuillez noter que tous les commentaires sont publiés selon nos lignes directrices de soumission. Afficher vos commentaires

Image CAPTCHA
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
The content of this field is kept private and will not be shown publicly.